Dr Edward Bach

 

Début de carrière médicale

Edward Bach a étudié la médecine d'abord à Birmingham, et plus tard à l'hôpital University College de Londres, où il était chirurgien. Il était également bactériologiste et pathologiste, il a entrepris des recherches originales sur les vaccins dans son propre laboratoire.

En 1917, il était en charge des soins médicaux des soldats qui revenaient blessés de la France. Un jour, il s'est effondré et a été transporté en salle d'opération, souffrant d'une grave hémorragie. Ses collègues lui ont enlevé une tumeur, mais le pronostic était réservé. Quand il est revenu à la conscience les docteurs ont dit à Bach qu'il n'avait que trois mois à vivre.

Dès qu'il le pouvait, Bach retournait à son laboratoire. Il voulait faire avancer son travail autant que possible dans le temps qui lui restait à vivre.  Au bout de trois mois, il se sent mieux et guérit. Il est persuadé qu'avoir un objectif était ce qui lui avait sauvé la vie. C'est une des bases de sa philosophie.

 

Recherche homéopathique

Ses recherches sur les vaccins progressaient, mais malgré cela le Dr Bach n’était pas satisfait de la façon dont les médecins se concentraient sur les maladies en ignorant la personne dans son entier. Il aspirait à une approche plus holistique de la médecine. Il accepte un poste à l'Hôpital Royal Homéopathique de Londres.

Une fois là, il a vite constaté les parallèles entre son travail sur les vaccins et les principes de l'homéopathie. Il a adapté ses vaccins pour produire une série de sept nosodes homéopathiques.

Ce travail et ses publications ultérieures lui ont valu une certaine notoriété dans les milieux homéopathiques et le surnom de "second" Hahnemann.

 

Les fleurs

Jusqu'alors, Bach avait orienté ses recherches sur les bactéries, mais il voulait trouver des remèdes plus purs et moins dépendants des produits de la maladie.

Il a commencé la collecte de plantes, et en particulier, de fleurs - la partie la plus hautement développée des plantes - dans l'espoir de remplacer les nosodes par une série de remèdes plus doux.

En 1930, il renonce à sa pratique lucrative et quitte Londres, déterminé à consacrer le reste de sa vie au nouveau système de médecine.

Il entraîne avec lui son assistante,Nora Weeks.

Tout comme il avait abandonné sa maison, son bureau et son travail, le Dr Bach commençait à abandonner la méthode scientifique et sa dépendance aux laboratoires et au réductionnisme. 

Pendant plusieurs années il prépara et testa des milliers de plantes; il détermina un à un les remèdes qu'il cherchait.

Chaque remède s'associait à un état ​​mental ou à une émotion particulière. Il constatait qu’en s’intéressant à soulager les personnalités et les sentiments de ses patients, leur détresse s'atténuait. Leur potentiel de guérison naturel se débloquait.

De 1930 à 1934, le Dr Bach passa le printemps et l'été à la recherche et la préparation des remèdes; l'hiver, il aidait et conseillait toutes les personnes qui le consultaient. 

 

Le Centre Bach (The Bach Centre)

En 1934, le Dr Bach et Nora Weeks ont loué une maison appelée Mount Vernon, dans le village de l'Oxfordshire Brighwell-cum-Sotwell. Le Dr Bach y expérimentait les remèdes dont il avait besoin.

A cette époque son corps et son esprit étaient tellement en accord avec son travail qu'il souffrait de l'état émotionnel dont il cherchait la solution. Il testait des plantes et des fleurs jusqu'à ce qu'il trouve celle qui l'aiderait. De cette façon, par sa souffrance personnelle et de grands sacrifices, il a complété le travail de sa vie.

Un an après avoir annoncé qu'il avait terminé ses recherches, le Dr Bach est décédé paisiblement le soir du 27 Novembre, 1936. Il n'avait que 50 ans, mais il avait survécu au pronostic de ses médecins pendant près de 20 ans. Il a laissé un système de soin qui s'utilise aujourd'hui partout dans le monde.

 

 

Les Fleurs de Bach ne peuvent se substituer à un traitement médical mais peuvent bien évidemment venir en complément. 

 

Plus d'info sur http://www.bachcentre.com/

Aucune des méthodes que je vous propose ne peut se substituer à un traitement médical,
mais peut bien évidemment venir en complément.

​© 2015 Sandrine  GAUVIN

 

Proudly created with Wix.com

Politique de confidentialité- mentions légales

Sandrine GAUVIN   

Allégria évolution

  • w-facebook